Les mains dans la terre ...

Retour en haut
 

Accueil > Fiches techniques > Construction et structures > Le torchis

Le torchis

Le torchis se base sur le mélange de terre expliqué dans l’article La terre. On va ajouter à cette préparation entre 5% et 10% de fibres végétales séchées.

Autrefois, on utilisait de la paille ou des enveloppes de céréales pour stabiliser le mélange. La longueur de ces fibres va correspondre à l’épaisseur de ce qui sera construit.

Outre la paille, il est possible d’ajouter d’autres types de fibres :
- le foin
- le chanvre
- le lin

Les fibres augmentent l’élasticité du torchis et sa capacité à résister à la formation de grandes fissures. Les fibres vont en tous sens dans le matériau et engendre des micro-fissures qui vont elles aussi en tous sens. Celle-ci vont ainsi absorber l’énergie extérieure (force, variation de température, infiltration) qui aurait pu provoquer une grande fissure.

Le malaxage peut se faire dans une fosse ou sur une bâche, celle-ci permettant de plus facilement retourner la préparation pour facilement la rendre homogène.

Il est important de rappeler l’influence de la texture du sable sur le type d’emploi que l’on fera du torchis :
- pour la maçonnerie (pierres, briques, tuiles), on emploie du sable rond, provenant de la mer.
- pour les enduits, on emploie du sable pointu, provenant des rivières.

C’est avec le torchis que l’on fabrique aussi les briques adobes, qui sont facilement réalisables : pour cela, il suffit de se construire un moule en bois de la dimension souhaitée, généralement on emploi les dimensions suivante : 36 cm de longueur sur 25 cm de largeur pour une hauteur de 10 cm.

Les fibres doivent correspondre au type de fabrication, et donc, être coupées très courte. Le moule est rempli avec le mélange, puis on lisse le dessus, on retire le moule et on laisse sécher la brique au soleil.


Je soutiens !