Retour en haut

Les mains dans la terre ...

 

Accueil > Fiches techniques > Biodiversité > La vie du sol

La vie du sol

Introduction


Ce sol, qui peut paraitre simple à première vue, relève en fait d’un processus complexe dans lequel interviennent de très nombreux facteurs et de très nombreux acteurs.

Les rapports entre cette vie et les plantes révèlent des processus si subtils que l’on n’arrive pas à les reproduire en laboratoire. Pour illustrer cette complexité, voici quelques exemples :

- Une série d’insectes, de champignons et de micro-organismes   participent au processus de décomposition de la matière organique, la transformant en humus et en éléments assimilables par les racines des plantes. Certains se nourrissent de matières végétale en décomposition, d’autres de cadavres, d’autres encore sont coprophages.
- Certaines bactéries sont capables de synthétiser l’azote de l’air, puis de le restituer aux plantes dans un système symbiotique. D’autre encore produisent des nitrites à partir d’ammoniac, puis ces nitrites se transforment encore par l’action d’autres bactéries en nitrates solubles, devenant ainsi assimilables par les végétaux.

La biomasse du sol


On trouve en moyenne par hectare :

- 10 T de champignons
- 10 T de bactéries
- 3 T d’actinomycètes
- 3 à 4 T de vers de terre
- 1/2 à 1 T d’autres métazoaires
- 0,1 à 0,2 T de protozoaires

L’action de la vie du sol


L’action de la vie du sol permet une aération suffisante du sol, et participe de ce fait au maintien d’une bonne structure du sol, mais aussi de sa texture dans certains cas. Mais ce n’est pas tout. Elle fragmente, décompose la litière et elle mélange les matières organiques décomposées avec le sol minéral, permettant de maintenir sa fertilité.

Les vers de terre sont des acteurs important de la vie du sol


Nous vous conseillons fortement la lecture de l’article Vers de terre.



Je soutiens !